Florès ...

Les chantiers participatifs : une appropriation de l’espace public

Les chantiers participatifs : une appropriation de l’espace public

Florès a intégré depuis longtemps, dans sa démarche programmatique, la participation de tous les acteurs en amont du projet. Cette volonté participative est plébiscitée à l’égard des clients, afin d’imaginer des espaces et des lieux pérennes, car conçus à partir des besoins et des attentes de chacun.

Chantiers participatifs et édifices publics

Florès travaille en grande majorité avec des acteurs publics, pour la réalisation d’espaces d’utilité publique dans le domaine de l’enseignement, de l’hospitalier, de l’animation socioculturelle, etc.

En construction neuve comme en réhabilitation, des acteurs divers peuvent vouloir prendre part à cette architecture de proximité et souhaiter s’investir pour un programme qui leur tient à cœur

En complément d’une consultation préalable à la confection du programme du projet, un chantier hybride peut être proposé par Florès pour ce type d’ouvrages publics, qui seront des éléments phares de la vie quotidienne des habitants. Un chantier participatif ainsi ouvert au public entraîne en effet irrémédiablement une appropriation de l’espace public par ses différents acteurs (parents, enfants, jeunes, collectifs), de par leur participation à la réalisation, et contribue à pérenniser les lieux et leurs usages.

Ainsi, ces espaces co-construits sont plus à même d’attirer le public, de devenir des lieux d’échange perpétuels pour l’organisation d’ateliers et d’expériences festives, culturelles ou artistiques. De plus, si on prend en compte les budgets souvent limités des ouvrages publics (hors bâtiments-monuments), les chantiers participatifs peuvent représenter une alternative pour la réalisation d’un espace durable et de qualité.

Chantiers participatifs et écoconstruction

Si les chantiers participatifs sont principalement destinés à des édifices publics, ils sont également particulièrement adaptés à des écoconstructions ou à des projets intervenant sur le patrimoine.

Intérêt pour les éco-matériaux

En effet, les habitants ou collectifs montrent souvent plus d’intérêt, et à juste titre, pour la mise en œuvre de matériaux moins conventionnels dans le domaine de la construction professionnelle : terre crue, paille, chanvre, pierre sèche..

Ces matériaux, qui ont pourtant démontré leurs performances et leurs qualités environnementales, sociales, esthétiques et sanitaires, sont souvent coûteux car ils requièrent une forte main d’œuvre. Si leur mise en œuvre implique effectivement beaucoup d’efforts, elle ne demande en revanche généralement pas de hautes connaissances techniques en la matière. Elle s’appuie davantage sur la connaissance du matériau, grandement empirique, et sur des lois de bon sens, accessibles à chacun. C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’agit de matériaux traditionnellement mis en œuvre, et en particulier dans l’architecture rurale qui a su se développer autour de ressources locales et de la transmission de savoir-faire.

Des restes de l’autoconstruction

Les historiens de l’habitat vernaculaire confirment d’ailleurs l’idée que le principe du chantier participatif n’est pas une nouveauté : pour une partie de la population, construire une maison relevait généralement de l’autoconstruction et de l’entraide.

Pour construire par exemple une ferme ou un hangar, le bénéficiaire, qui avait déjà rendu service, demandait à son tour de l’aide auprès des plus jeunes et des plus anciens, des hommes comme des femmes, pour que chacun apporte sa contribution directement ou indirectement.

Chantiers participatifs et chantiers professionnels

Le chantier participatif peut être intégré à un chantier professionnel pour intégrer des acteurs locaux dans la réalisation d’un espace qui leur est destiné.

Cette forme hybride du chantier a par exemple été récemment expérimentée par Novaedia,  une coopérative travaillant sur l’insertion professionnelle des jeunes des quartiers populaires, pour la construction d’une ferme urbaine à Stains (93). Ce programme de maraichage avec des bureaux et un restaurant, affichant des ambitions de hautes qualités environnementales et d’économie sociale et solidaire, fût propice à l’ouverture du chantier au public pour la réalisation de murs intérieurs en terre crue et de mobilier en pisé.

chantiers participatifs stain
Ferme des Possible, Stains (93), livraison 2020 // MOA Novaedia // Crédit MOE Archipel Zéro et Bellastock
chantiers participatifs
Bar en pisé réalisé en chantier participatif // Crédit MOE Archipel Zéro et Bellastock

Des adaptations peuvent être proposées à la maitrise d’ouvrage si le délai d’exécution du projet est très serré, car les chantiers participatifs étant du bénévolat, les temps de travaux ne sont bien évidemment pas les mêmes que pour les professionnels.

C’est pourquoi il convient au programmiste d’intégrer cette démarche participative au plus tôt dans le programme, mais aussi, pourquoi pas, d’envisager ce type de co-construction pour un élément d’architecture particulier (un mur, un espace extérieur, du mobilier..), sans pour autant perturber le fonctionnement du reste du chantier mené par des acteurs du métier.

C’est la solution retenue par le collectif Etc à Marseille, qui s’est concentré sur la réalisation des équipements extérieurs du centre de loisirs de l’Association de la Fraternité par les adolescents qui sont usagers des lieux. Avec l’appui du collectif, ces jeunes ont élaboré cet espace de jeux et de rencontres, depuis sa conception jusqu’à sa réalisation. 

Centre de loisirs La Fraternité, Marseille, livraison 2019 // Crédit Collectif Etc
chantiers participatifs la fraternite 2
Construction des équipements extérieurs par les adolescents du centre de loisirs en chantier participatif // Crédit Collectif Etc

Garants de la symbiose des acteurs du projet

Si les conditions du chantier sont favorables à l’organisation d’un chantier participatif, c’est au programmiste et AMO comme Florès de guider la maitrise d’ouvrage pour l’orienter vers des encadrants habitués à une démarche participative. Notre équipe a bien conscience qu’elle est garante de la symbiose des acteurs du projet, professionnels comme bénévoles, pour que l’intérêt pédagogique demeure devant l’intérêt économique. Surmontant l’inexpérience, il se peut que l’intelligence collective parfois nous surprenne !

C.B.

Sources