Florès ...
Matériaux biosourcés : à intégrer dès la programmation !

À l’heure du dérèglement climatique et de l’épuisement des ressources, les matériaux biosourcés reviennent sur le devant de la scène. Vous avez une sensibilité écologique et souhaitez les utiliser pour votre projet ? Florès va vous y aider !

Matériaux biosourcés, qu’est-ce que c’est ?

Un matériau biosourcé est un matériau qui contient entre 1% et 100% de matières issues de la biomasse végétale ou animale.

Ces matériaux d’origine biologique peuvent être issus de différentes filières :

  • Sylvicole : bois, liège, caoutchouc
  • Agricole : lin, chanvre, paille, laine de mouton
  • De recyclage : ouate de cellulose (déchets papier), coton (déchets textiles)

Dans un projet immobilier, les matériaux biosourcés peuvent être utilisés aussi bien dans la structure, l’enveloppe, l’isolation et le second œuvre.

Pour quels avantages ?

On ne cesse de vanter les vertus de ces matériaux :

  • Souvent recyclables (voire eux-mêmes issus du recyclage), l’utilisation de matériaux issus de la biomasse permet de lutter contre l’épuisement des ressources non renouvelables.
  • Les matériaux biosourcés ont un bilan carbone neutre voire positif ce qui permet de diminuer les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Exemple : Une construction de 100m² faite avec environ 10 tonnes de paille, absorbe 18 tonnes équivalentes CO2 sur ses 100 années de vie !
  • Avec un déphasage thermique important et de bonnes propriétés respirantes, les matériaux biosourcés présentent des avantages en termes de confort thermique et hygrométrique.
  • Les filières de production peuvent être locales et en circuit-court, ce qui permet un développement économique local.

Comment les insérer dans un projet ?

Afin d’intégrer l’utilisation de matériaux biosourcés en programmation, Florès dispose de plusieurs axes de travail :

1. Proposer au maitre d’ouvrage de viser les labels :

  • « bâtiment biosourcé » valorisant les projets de construction neuve qui intègrent une part significative de matériaux biosourcés
  • « E+C- » valorisant les faibles émissions de gaz à effet de serre (notamment CO2) du bâtiment sur tout son cycle de vie

2. Découvrir et mettre en lumière les filières / savoir-faire / artisans locaux

3. Connaître la sensibilité du maitre d’ouvrage : est-il partant pour innover ou recherche-t-il des garanties ? Attache-t-il une importance à l’utilisation de produits locaux ?

4. Dans le cahier des charges, viser des objectifs :

  • Environnementaux : stockage de CO2, analyse de cycle de vie
  • Sanitaires : émissions de COV (car oui les matériaux d’origine naturelle sont souvent plus sains, nous en parlions dans cet article
  • Se renseigner sur les contraintes liées aux caractéristiques du projet : bâtiment classé, règlementation incendie, implantation en zone sismique ou inondable, règles du PLU local…

5. Connaitre les priorités du maitre d’ouvrage : si le coût des matériaux et de la mise en œuvre sont importants, préfère-t-il utiliser les matériaux biosourcés dans les finitions plutôt que le gros œuvre ?

Ainsi, la mise en avant de matériaux biosourcés dans un projet immobilier se réfléchit dès la programmation, avec des questions à se poser et des arbitrages à prendre. Désormais, lancez-vous !

Pour découvrir des exemples de matériaux biosourcés et trouver de l’inspiration pour un futur projet, vous pouvez parcourir d’autres articles de Florès :

M.R.

Sources