Une veille constante, des dossiers et une vision de notre métier.

Le programmiste devant les lieux d’accueil de l’enfant en difficulté…

Les établissements pédopsychiatriques ainsi que les structures d’accueil des enfants retirés à leurs familles mettent le programmiste devant des difficultés et des enjeux particuliers.  Ces programmes très différents par ailleurs présentent en effet quelques similarités.

Tout d’abord il s’agit, comme dans toute étude de programmation, de répondre à des fonctions spécifiques. La prise en charge revêt des modalités extrêmement différentes : bureaux de psychologues ou assistants socio éducatifs, lieux de vie, foyer d’accueil, service hospitalier… Dans tous les cas les espaces doivent répondre à une fonction extrêmement précise et sont ainsi fortement typés. C’est là que le programmiste est devant un dilemme :

  • ces locaux incarnent une institution. La fonction de cette dernière doit être clairement lisible. Il est en effet fondamental que l’enfant (et sa famille) perçoivent le rôle de la structure qui le prend en charge, ce qu’ils peuvent en attendre voire les limites à ne pas dépasser
  • en revanche, il est tout aussi déterminant de ne pas stigmatiser ou dramatiser.

Le programme symbolique est ainsi à soigner tout particulièrement car il doit conduire à un subtil équilibre.

Le programme symbolique est fondamental pour le projet

Il doit être décliné à toutes les échelles car l’architecte doit avoir cet enjeu en tête dans l’approche urbaine, la composition architecturale comme dans l’élaboration des ambiances intérieures…

Mais en fait, une autre dimension est peut être encore plus complexe et intéressante à appréhender : la gestion et la séparation des flux. Les pôles enfance-famille en sont un exemple particulièrement éloquent.

La gestion des flux au coeur de la problématique

Accueillir des enfants et des adolescents sur un même site n’est déjà pas simple du point de vue réglementaire et des besoins. Accueillir des familles suivies, ou à qui l’on a retiré un enfant, est difficile. Mais il s’agit aussi de recevoir dans ce même lieu les familles d’accueil !

Prévenir et gérer la violence

Le personnel doit pouvoir éviter (de manière discrète) que ces personnes ne se croisent. Programmer un tel équipement c’est ainsi penser, intégrer et prévenir les conflits et la violence : l’inévitable violence institutionnelle sur les parents, mais aussi celle des parents sur les professionnels, les familles d’accueil ou les enfants. La prise en compte de cette violence appelle une gestion des flux précise mais conduit aussi à des prescriptions relatives aux ambiances (on y revient) qui donnent toute sa pertinence à une approche environnementale bien comprise.

Enfin, le stress des professionnels n’est pas neutre pour le programme : quels types d’espaces envisager pour permettre une récupération psychologique rapide et maintenir un esprit d’équipe soudé et une motivation intacte ? Comment constituer pour eux un espace protégé mais proche des lieux d’accueil ?

Le cas des pôles enfance-famille est certes complexe et singulier mais il illustre bien les particularités programmatiques des lieux d’accueil de l’enfant en difficulté.

Pour établir le programme de ces lieux, il faut aborder l’ensemble d’une vaste problématique avec équilibre et subtilité. C’est en définitive toute l’expertise du programmiste qui est mise à contribution pour ces équipements de taille modeste mais dont il ne faut pas sous-estimer la complexité.

O.T.

Commenter cet article :

* champs obligatoires

Nos autres points de vue