Une veille constante, des dossiers et une vision de notre métier.

Dessine-moi un EHPAD en ville…

Un papier, un crayon, un peu d’imagination et une bonne dose de créativité… quelle serait la recette pour réussir un EHPAD en ville ? Et d’abord, pourquoi un EHPAD en ville?

Quand on imagine le lieu de vie idéal pour nos grands-parents, l’image bucolique de la petite maison à la campagne s’impose… mais si on pousse un peu la réflexion, un lieu isolé pour des personnes en perte d’autonomie ce n’est pas si favorable ! Alors pourquoi ne pas vieillir en ville ?
La même question se pose pour les EHPAD : quel serait le site idéal ? Plutôt les animations de la ville ou la tranquillité de la campagne ? L’environnement dans lequel est implanté un EHPAD est loin d’être anodin pour le bien-être des résidents.

 

Alors, quels sont les atouts d’un site en ville ?
Un site en ville est beaucoup plus accessible et encourage donc les visites des proches qui, eux, habitent en ville. C’est quand même plus facile de se rendre dans un lieu bien desservi par les transports en commun et facilement accessible en voiture, pour les proches mais aussi pour les soignants. Et puis, si l’EHPAD est situé à proximité d’autres activités que l’on pratique régulièrement, plus d’excuses pour ne pas s’y arrêter !
Cette bonne accessibilité et la proximité d’activités est un réel atout pour encourager l’autonomie des résidents. Ils pourront plus facilement perpétuer certaines habitudes du quotidien, comme aller chercher le journal ou profiter d’un moment de détente chez le coiffeur s’il n’y a que la rue à traverser. Et si les transports en commun sont tout proches, ils peuvent même pousser l’aventure un peu plus loin dans la ville !
Un avantage plus surprenant se révèle à la faveur de la nuit… Les personnes âgées souffrent régulièrement de troubles du sommeil, or la nuit est le lieu de toutes les peurs et de l’exacerbation de la solitude. Lors de ces insomnies chroniques, pouvoir tirer le rideau pour observer l’animation de la rue rassure, et limite les comportements irrationnels.

Choisir d’installer un EHPAD en ville amène donc des avantages certains pour les usagers, mais permet avant tout d’encourager l’intégration des personnes âgées dans la ville, et donc dans la société.

 

Quels rapports entre l’EHPAD et la cité ?
Un des objectifs est alors d’encourager les échanges : les résidents à sortir mais aussi les riverains et proches à rentrer dans l’EHPAD. Cette ouverture relative ne doit pas se faire au détriment de la tranquillité ou de la sûreté des biens et personnes dont le responsable d’établissement est garant…
Encourager les allées et venues tout en maitrisant les flux nécessite de créer un espace intermédiaire, entre la ville et l’EHPAD. Cet entre-deux peut prendre la forme d’un square, d’un hall ou d’une galerie, à la fois ouvert sur la ville et sur l’équipement. Cet espace pourra accueillir un petit commerce de proximité ouvert aux résidents comme aux riverains.

La gestion des flux, et l’animation de ce lieu semi-pubic est alors primordiale. Ainsi que son statut juridique, qui devra être pensé et établi dès les phases les plus précoces du projet.

 

Ne pas négliger la sécurité des résidents désorientés…
Certaines pathologies requièrent une surveillance constante ; ces résidents ne peuvent sortir sans être accompagnés pour leur propre sécurité. Le contrôle d’accès est donc obligatoire mais il doit se faire discret et ne pas oppresser. De ce point de vue, des systèmes performants d’alerte sont aujourd’hui couramment installés dans les unités, notamment celles recevant des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

 

Le programme et les fonctions nécessaires au bon fonctionnement d’un EHPAD sont connus, et maîtrisés. Le véritable enjeu programmatique et même architectural pourrait donc à présent résider dans l’interface entre les fonctions classiques d’un EHPAD et la Cité.

Cet espace entre-deux est un lieu de pratiques collectives à l’image d’une place de village ou d’une rue, à la fois lieu de passage, lieu de rencontres et lieu d’activités.
La clé de réussite de cet espace est une gestion ambivalente des flux à la fois encouragés et maitrisés. Cette gestion pourrait se faire uniquement par des moyens techniques, mais le contrôle des accès ne doit pas se révéler trop oppressant ou simplement trop présent. Une conception architecturale adaptée permet de faciliter la compréhension spatiale et de limiter l’emprise technique.

L’intelligence programmatique et architecturale reste ainsi la meilleure solution pour un fonctionnement pérenne et satisfaisant de cet espace clé. C’est pourquoi ces lieux intermédiaires entre l’EHPAD et la ville, souvent négligés, doivent au contraire mobiliser toute l’attention des programmistes et des architectes.

C.D.

Commenter cet article :

* champs obligatoires

Nos autres points de vue