Une veille constante, des dossiers et une vision de notre métier.

La conception d’un gymnase : un réel challenge !

gymnase

Le sport est aujourd’hui en mutation et acquiert une dimension sociale grandissante. La construction d’infrastructures répondant à la demande croissante des usagers est donc un enjeu important. Le rôle du programmiste dans tout ça ? Identifier les besoins, les usagers et les niveaux de compétitions qui vont être déterminants dans les exigences fonctionnelles et techniques du programme. La conception d’un gymnase s’avère plus complexe que ce que l’on pense !

Les bonnes questions à se poser lors de l’étude de programmation d’un gymnase

  • Quels usagers ?

Les gymnases sont très souvent couplés entre un usage par des scolaires durant la journée, et des clubs pendant les soirées et week-ends. Les terrains sont donc à adapter suivant qui, enfants, adultes, professionnels, va utiliser le gymnase. Le SNEP (Syndicat National de l’éducation physique) a mis au point un document servant de référentiel pour les grandes salles lors de la pratique de l’EPS. Ce document donne plus d’informations notamment concernant les tracés possibles de terrains dans la largeur de basketball, handball, badminton, volleyball. Les tracés dans la largeur permettent la simultanéité des pratiques sur des surfaces réduites et sont avantageux pour la pratique de l’EPS, mais également pour les entraînements des clubs.

  • Quel niveau de pratique ?

Entre l’Astroballe ou le petit gymnase de quartier, la manière d’aborder ces espaces sportifs va être totalement différente. Il existe plusieurs niveaux ayant des réglementations ou recommandations particulières (jeune, départemental, régional, interrégional, national, international) concernant les tracés des terrains, espaces de dégagement derrière les lignes, hauteur libre sous plafond ou encore l’éclairement requis.

La définition des niveaux de pratique permettra également de savoir si la présence de gradins est requise. Les gradins peuvent être fixes, amovibles, démontables, rétractables, afin de s’adapter à la fréquence des compétitions et au nombre de spectateurs à recevoir. Ils doivent garantir une bonne gestion des flux de spectateurs tout en leur assurant un confort visuel optimal, que ce soit pour voir l’ASVEL enflammer l’Astroballe ou voir des matchs de l’équipe locale le dimanche !

  • Quels locaux ?

Lors de la conception d’un gymnase, il ne faut pas seulement penser à la construction de l’aire sportive, mais également à tous les locaux qui permettent le bon confort des usagers. Les vestiaires, sanitaires, locaux de stockage, salle polyvalente permettant de faire des goûters d’après-match… doivent être pensés afin de répondre à toutes les demandes des sportifs, en optimisant l’espace disponible pour ces locaux.

Pour les grimpeurs, dans certains gymnases se développent une SAE (Structure Artificielle d’escalade), intégrée dans le gymnase, et séparée généralement de la salle sportive par un filet empêchant les ballons de déranger les grimpeurs.

  • Quelles exigences techniques ?

Un gymnase est un bâtiment très spécifique, avec des exigences particulières en termes d’éclairage, d’acoustique, de chauffage et de ventilation. La lumière est très importante lors de la pratique sportive, et le gymnase doit tirer profit de son orientation, afin de permettre un bon apport en lumière naturelle, sans toutefois éblouir les sportifs, (qui pourraient pourtant y voir une bonne excuse : « Ce n’est pas ma faute, je n’ai pas vu la balle ! »).

L’acoustique est un enjeu important, car avec de grands volumes comme ceux d’un gymnase et beaucoup d’usagers en simultané, il peut être vite facile de ne plus s’entendre !

Concernant le chauffage, attention aux souffleries d’air, qui deviennent vite bruyantes et provoquent une gêne chez les sportifs.

Une architecture originale et respectueuse de l’environnement ?

Que penser maintenant de l’architecture d’un gymnase ? Tout dépend bien sûr de l’environnement dans lequel il s’insère, mais de nombreuses possibilités s’offrent aux architectes, puisque de grands volumes tels que les gymnases et salles sportives sont susceptibles de générer des architectures originales, sortant de l’ordinaire.

 

 

 

gymnase

 

 

gymnasegymnaseQui a dit que les gymnases faisaient partie des « mauvais élèves » face à la qualité environnementale ? Nous parlons certes de grands volumes à chauffer, d’une utilisation prolongée d’éclairage… Mais aujourd’hui de nombreuses dispositions sont prises afin  d’optimiser les conditions naturelles, de valoriser le recours aux matériaux biosourcés tels que le bois, ainsi que le recours aux énergies renouvelables.  Des toitures végétalisées peuvent même être installées, comme au gymnase de Saint-Genis Laval !

Des grands volumes, des grandes portées, l’usage du bois, des espaces vitrés, une consommation énergétique importante : des challenges intéressants pour créer des espaces sportifs agréables pour tous, lumineux et en relation harmonieuse avec l’environnement immédiat !

C.A.

Commenter cet article :

* champs obligatoires

Nos autres points de vue