Une veille constante, des dossiers et une vision de notre métier.

Le programme environnemental, un véritable outil de programmation.

Le développement des approches HQE® a révolutionné la programmation architecturale.

Quel projet peut à présent ignorer cette démarche?

Les référentiels HQE regorgent de prescriptions. Ils fixent des dispositions permettant de garantir des performances chiffrées à atteindre, mais aussi, et c’est moins connu, un certain confort d’usage et d’exploitation.

Ces prescriptions ne doivent pas exister « à coté » d’un programme architectural et technique. En réalité elles impactent l’ensemble du programme détaillé.

La qualité de l’éclairage artificiel et naturel, les températures de chauffe, le niveau de confort d’été ainsi que les performances acoustiques prescrites pour chaque local dépendent généralement du programme environnemental. Elles sont intégrées aux fiches descriptives de chaque local.

Les dispositions de niveaux de performance, mais aussi de choix des matériaux, de management de chantier, de qualité de l’air ou de gestion de l’eau ont par ailleurs profondément révolutionné et véritablement renouvelé le programme technique…

Le programme environnemental impacte ainsi l’ensemble du programme détaillé. A l’inverse et plus en amont, le programme général aide à synthétiser le programme environnemental.

En effet, la bonne connaissance des usages, des attentes des utilisateurs et du maître d’ouvrage permettent d’identifier avec pertinence le profil QEB le plus adapté mais aussi de dresser avec une grande finesse le programme environnemental proprement dit : les référentiels donnent les latitudes nécessaires dans la prescription.

Les référentiels HQE sont devenu, pour nous, des manuels usuels !

L’utilisation de la démarche est si efficace que nous utilisons les référentiels comme outil de prescription, même lorsqu’un projet de ne vise pas explicitement de certification. Tout l’art est alors de bien ajuster chaque prescription aux priorités du maître d’ouvrage… et à son budget.

O.T.

Commenter cet article :

* champs obligatoires

Nos autres points de vue